NPA, compte-rendu de commisions (1) :

Publié le par LCR 06 OUEST

Processus...


Les discussions ont été longues et nombreuses sur l’ensemble des sujets. Certaines décisions ne font pas un accord unanime mais il semble qu’elles fassent au moins un large accord. Rappelons que, quoi qu’il en soit, tout cela est transitoire.


Echéances :


Les échéances, dans l’ordre chronologique, sont les suivantes :

- 
l’investissement par le npa de la journée qui lui est réservée au cours de l’Université d’été de la LCR à Port Leucate du 23 au 27 août

- 
une nouvelle réunion nationale des comités à l’automne, fin octobre/début novembre

- 
un congrès fin janvier 2009, pas trop tôt pour laisser le temps au processus encore en plein développement, pas trop tard parce que les échéances européennes sont proches et qu’il serait fâcheux qu’à ces élections, il y ait des listes de la LCR et pas des listes du npa


Tâches du comité d’animation


Le comité d’animation est mis en place pour assumer le transfert progressif des tâches qui étaient jusque là assurées par la direction de la ligue. Une première liste de tâches a été définie :

- 
assurer la circulation et la diffusion de l’information, sous des formes à définir mais accessibles, en mettant en place les outils adéquats (liste internet ...)

- 
animer le processus, par exemple animer des réunions publiques là où des comités demandent des orateurs nationaux, produire du matériel ...

- 
prendre en charge le fait de renouveler l’appel, cette fois en tant que npa, aux autres forces politiques à gauche du PS, LO, AL, PC, Collectifs antilibéraux ...

- 
préparer le congrès qui pourrait s’organiser autour de 3 textes, un sur le fonctionnement (statuts), un premier document programmatique (même si tout ne sera pas tranché au congrès et que la discussion se poursuivra sur une série de questions), un document de « conjoncture » qui indique nos orientations dans la situation.


L’idée est qu’il y ait un début de rédaction et des allers-retours avec les comités.


Autres remarques

- 
On fait le choix de ne pas donner d’indication en termes de structuration intermédiaire du processus : les comités font ce qui correspond politiquement à leurs besoins, il n’est pas question d’imposer d’en haut un type de structuration à un processus qui présente des rythmes très différenciés.

- 
le Comité d’Animation a été désigné et pas élu (de même qu’il n’a été procédé à aucun vote durant la rencontre) étant donné la réalité du processus, le mode de délégation actuel etc. En revanche l’idée est d’avancer vers une forme de représentativité d’ici la réunion de l’automne. Pour cela il faut matérialiser l’engagement dans le processus.


Cette question a été abordée conjointement à celle du financement. On a résolu de ne pas proposer un système de cotisations avant le congrès, et de continuer d’ici là bon an mal an avec un système hybride d’auto financement des comités et de financement de la ligue. On propose en revanche de mettre en place une carte de membre fondateur du npa, à cotisation unique d’ici le congrès, qui permettra d’avoir une idée plus précise de combien nous sommes, d’aborder la question de la représentativité et de commencer à régler la question financière.


Ce type de matérialisation exclut toute idée qu’on fermerait la porte et qu’on se contenterait de structurer l’existant : le processus constituant est ouvert jusqu’au congrès, et les membres fondateurs auront les mêmes droits, que leur engagement date de mars ou de décembre 2008. Il ne faut pas adopter un mode de structuration rigide qui reviendrait à ce que le dernier entré ferme la porte derrière lui mais avoir en tête les centaines, les milliers de gens qui vont rejoindre le processus avant même la fondation du parti.


Sur le comité d’animation


C’est sans doute le point qui a suscité le plus de débat et de discussion. Il faut insister sur le fait qu’il ne s’agit ni d’une direction ni de la future direction du parti en devenir mais d’une coordination chargée de prendre en charge les tâches qu’assurait la ligue jusque là. On est à un stade transitoire, le comité d’animation est donc transitoire et tout se rediscute à la réunion de l’automne.


La composition du comité peut être présentée en 4 groupes :

- 
les représentant-es des comités, qui sont des militant-es qui ne sont pas membres de la LCR, à deux exceptions près sur lesquelles on reviendra. Le souhait est que ce groupe soit majoritaire.

- 
les représentants de groupes politiques constitués (il y en a deux à cette étape, la Fraction l’Etincelle de Lutte Ouvrière et la Gauche Révolutionnaire) qui ont indiqué leur accord à cette étape pour participer au processus, avec une réserve en ce qui concerne l’issue finale de leur participation. Il y aura 2 observateurs pour la F. LO et un pour la GR. Le statut d’observateur est bien entendu temporaire.

- 
la représentation de la ligue : la proposition ne fait pas l’unanimité mais elle semble faire un accord majoritaire : à ce stade du processus, la représentation de la LCR sera assurée par le BP, c’est ce qui semble le plus adapté, pour que l’ensemble de la direction de la ligue soit partie prenante du comité d’animation et qu’il n’y ait pas de fait une double structure avec un BP qui continuerait à se réunir toutes les semaines et qui enverrait une délégation aux réunions du comité d’animation, également dans la perspective du transfert progressif des prérogatives de la ligue. Le BP est constitué de 21 membres, 10 femmes et 11 hommes, auxquels on ajoute deux personnes, 1 camarade (femme) des Bouches du Rhône dans le cadre d’une délégation importante, sachant que c’est le souhait des Bouches du Rhône et 1 camarade de Clermont (homme) également présenté par sa délégation.

- 
les représentants des comités jeunes au nombre de 6 (4f, 2h), 3 non jcr-lcr, 3 jcr-lcr


En ce qui concerne les représentant-es des comités, la délégation n’est pas encore entièrement finalisée.
Il y a déjà 25 personnes sûres, 10 femmes et 14 hommes, 4 des Bouches du Rhône (2 f, 2 h), 2 de Bretagne (2 f), 2 du Vaucluse (2 h), 1 de Paris 13 (1 h), 1 de l’Hérault (1 f), 2 du Haut Rhin (2 h), 1 de Toulouse (1 h), 1 de Paris 20 (1 h), 1 de Paris 14 (1h), 1 du Limousin (1 f), 1 de Seine et Marne (1 f), 1 du 92S (1 h), 1 d’Auvergne (1 h), 3 de Gironde (1 f, 2 h), 2 du comité précaires Paris (1 f, 1 h).
D’autres comités n’ayant pas encore eu le temps d’en discuter ont indiqué qu’ils souhaitaient disposer d’une semaine pour ce faire, entre autres Montreuil, le Lot et Garonne, le Gard, les Hautes Alpes, le Rhône, l’Essonne, la Dordogne, le 10, le 12, le 89, Loire Atlantique, les Hautes Alpes, d’autres comités parisiens.


L’idée est que si ces comités souhaitent envoyer un délégué ils suscitent des candidatures plutôt de femmes, et, en tout état de cause, non membres de la LCR.


On peut donc envisager encore une dizaine de candidatures, qui pour la plupart devront être des femmes si on veut atteindre la parité.

Publié dans nouveau parti

Commenter cet article