Les femmes, premières cibles des violences.

Publié le par LCR 06 OUEST

Une étude alerte sur la hausse des actes commis par les conjoints ou les ex.
JACKY DURAND "Libération"


Plus d’une violence volontaire sur quatre constatées en France en 2007 a concerné une femme majeure, victime de son conjoint ou de son ex-conjoint. C’est l’un des principaux enseignements de la vaste enquête que publie aujourd’hui l’Observatoire national de la délinquance (OND), chargé de la divulgation des statistiques et études officielles de la délinquance en France. Les services de police et de gendarmerie ont enregistré l’année dernière 47 573 faits de violences volontaires sur des femmes, soit 25,6 % de l’ensemble des violences sur personnes de 15 ans et plus. Ce constat est d’autant plus vertigineux qu’il s’accompagne d’une forte accélération des actes commis contre les femmes depuis trois ans (+ 31,1 % par rapport à 2004), il est vrai dans un contexte général de hausse des violences «auquel celles sur les femmes majeures par conjoints contribuent de façon croissante», analyse l’OND.

 


Le contexte

Une hausse de l'ensemble des violences volontaires sur personne de 15 ans et plus. Leur nombre est passé de 144100 en 2004 à 184500 en 2007, soit une hausse de 28%.


Les raisons

L'OND avance deux hypothèses:
-L'intensification de la collecte d'information grâce à un travail de sensibilisation des policiers et des gendarmes qui les a conduit "à repérer de façon plus exhaustive" les actes de violence par conjoint.
-La modification de la loi en avril 2006: désormais les ex-conjoints, ex-concubins ainsi que les pacsés peuvent être poursuivis avec les circonstances aggravantes de violences par conjoint ou concubin. Les faits ayant entraîné une incapacité totale de travail (ITT) inférieure ou égale à huit jours sont désormais enregistrés par les services de police et de gendarmerie.


Mais l'OND prévient que si ces deux hypothèses "ont très vraisemblablement un impact sur l'accélération de la hausse" des violences faites aux femmes, elles "ne peuvent pas, à elles seules, expliquer le phénomène en tant que tel, sachant qu'il ne concerne pas seulement les violences par conjoint, mais plus généralement toutes les violences que l'OND qualifie de non crapuleuse".


Les victimes

En 2007, l'OND et l'Insee ont effectué une enquête de victimation, c'est-à-dire un sondage au près de 10000 personnes de 18 à 60 ans sur les violences physiques: environ 2,3% des femmes ont indiqué avoir été victimes de violences physiques de la part d'un conjoin ou d'un ex-conjoint en 2005 ou 2006, soit 410000 victimes qui représentent 48% des femmes ayant déclaré avoir subi au moins un acte de violences physiques en 2005 ou 2006.


Les plaintes

Pas plus de 21% de ces femmes qui se sont déclarées victimes d'un conjoint ont déposé plainte. Autre enseignement: les femmes victimes du conjoint avec lequel elles vivaient au moment de l'enquête ont porté plainte dans moins de 9% des cas; en revanche, si les violences ont été commises par un ex-conjoint au moment des faits, ce taux dépasse les 50%.


Les disparités géographiques

Le taux de violences conjugales est inférieur à 10 pour 10000 dans treize départements dont la Creuse (6,1). Il avoisine 50 pour 10000 en Seine-Saint-Denis (50,1) et en Guyane (49,1).


Dans la moitié des départements, soit une zone centrale allant de la Franche-Comté à la Bretagne via l'Auvergne, le nombre de faits constatés est inférieur à 15 pour 10000.


Au nord de Paris, il est de 20 pour 10000 comme par exemple dans l'Eure ou le Pas-de-Calais.


33% des violences

Dans sept départements (Seine-et-Marne, Hautes-Alpes, Landes, Haute-Vienne, Ariège, Tarne-et-Garonne, Cher), les violences conjugales représentent plus du tiers (33 %) des faits de violences sur les 15 ans et plus.

Commenter cet article