Les coulisses de l'OMC...

Publié le par LCR 06 OUEST

Une nouvelle réunion de négociations de l’Organisation mondiale du commerce s’est ouverte cette semaine à Genève. Son directeur général, le « socialiste » français Pascal Lamy, en dramatise les enjeux et la présente comme la réunion de la dernière chance.


Il faut dire que ce cycle de négociations a débuté à Doha, en 2001, et il s’est avéré incapable d’aboutir à un compromis concernant les droits de douane.
Les pays du Sud tentent d’obtenir un abaissement substantiel des droits de douanes des pays du Nord en matière de produits agricoles.
Et, simultanément, les pays du Nord cherchent à obtenir un abaissement substantiel des droits de douane des pays du Sud en matière de produits industriels.
Derrière les odes à la libéralisation du commerce, il n’est en fait question que de gros sous et, plus précisément, de l’exploitation du Sud par le Nord. Plus généralement, tous les chantres de la « mondialisation heureuse » cherchent à occulter le fait que les pays du Sud sont contraints de vendre leur production agricole aux pays du Nord, afin de se procurer des devises permettant de payer les intérêts de la dette qui les asphyxient.
Ainsi, depuis plusieurs décennies, l’agriculture des pays dominés a été réorientée vers l’exportation au lieu de servir à nourrir les populations locales.
Les récentes émeutes de la faim qui ont frappé de nombreux pays « en développement » viennent d’ailleurs de montrer les conséquences criminelles de cette situation.


Raison de plus pour rappeler qu’il ne peut y avoir de commerce équilibré sans annulation inconditionnelle de la dette des pays pauvres.

Commenter cet article