X. Darcos, le ministre destructeur d’emplois.

Publié le par LCR 06 OUEST

 

 

Communiqué de la LCR.


Dans sa lettre aux éducateurs du 4 septembre 2007, N. Sarkozy, fraîchement élu président de la république fixait le cap : moins d’heures de cours, donc moins d’enseignants. X. Darcos, depuis sa prise de fonction, met en musique cet objectif de destruction d’emplois dans l’éducation nationale, avec à la clef une révision à la baisse des objectifs éducatifs pour les élèves, que ce soit dans le primaire avec les nouveaux programmes, dans l’enseignement professionnel avec les Bac pro en 3 ans ou au lycée avec ses 16 propositions.

Avec beaucoup de cynisme et une sacrée dose d’autosatisfaction béate, il prétend que 11 200 postes en moins n’auront aucune incidence négative sur l’accueil et la prise en charge des élèves.

Et pour 2009, la suppression de 13 500 postes est déjà programmée.

Sans ménagement, il balaye d’un revers de main les conséquences de la suppression des cours le samedi matin dans le primaire enjoignant aux municipalités et aux équipes de « se débrouiller » pour mettre en application sa semaine de 4 jours.

Moins de professeurs et de personnels, davantage d’heures supplémentaires, moins de classes et d’options, c’est le service public d’éducation qui va trinquer.

La réalité du terrain ne va pas tarder à se rappeler au bon souvenir d’un ministre qui se plaît à railler les manifestations des enseignants et des jeunes.


Tous ensemble, personnels de l’éducation, élèves et parents d’élèves, il faut trouver les chemins d’une mobilisation unitaire prolongée pour que le service public d’éducation puisse remplir réellement ses missions de formation auprès de tous les jeunes.

Commenter cet article