Droits des femmes bafoués en Tunisie...

Publié le par LCR 06 OUEST


Tunisie :

bienvenue au pays de l’égalité de traitement
entre les hommes et les femmes !

 


Zakia Dhifaoui condamnée en appel à quatre mois et demi de prison


Au pays où les femmes « bénéficieraient » des mêmes droits que les hommes, Zakia Dhifaoui ne fait pas l’exception face à la machine répressive du pouvoir tunisien.


Zakia Dhifaoui a été arrêtée le 27 juillet dernier après sa participation à une manifestation de femmes à Redeyef, au bassin minier de Gafsa. Cette région connaît un mouvement de protestation populaire depuis janvier dernier.


Elle a été condamnée par le tribunal de première instance de Gafsa à huit mois de prison, aujourd’hui, elle est condamnée en appel à quatre mois et demi.


Zakia Dhifaoui reste en prison, et comme le pouvoir tunisien excelle dans le châtiment de ses opposants, elle perd aussi son travail. Zakia Dhifaoui ne pourra plus enseigner, elle n’a plus le droit d’exercer dans la fonction publique car condamnée à une peine supérieure à trois mois de prison.


Comme d’autres enseignants arrêtés, elle n’a pas pu effectuer sa rentrée scolaire aujourd’hui, privée de ses élèves qui lui ont adressé une lettre de soutien et de reconnaissance, ce lundi 15 septembre.


Nous dénonçons la condamnation arbitraire de madame Zakia Dhifaoui et nous exigeons sa libération immédiate.


Nous appelons les femmes et l’ensemble des citoyens à accroître leur mobilisation pour la libération de Zakia Dhifaoui.

Nous réitérons notre soutien aux luttes légitimes des populations du bassin minier de Gafsa et exigeons la libération de tous les prisonniers.


Paris, le 15 septembre 2008


Premiers signataires :
ATMF ; ATTAC, CNT, FMVJ (France), FTCR, LCR, MRAP, Organisation de Femmes Egalité, PCF, PCOT, RACORT, Union syndicale SOLIDAIRES…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article