Divers messages du RESF national...

Publié le par LCR 06 OUEST


Madame, Monsieur, cher(e) ami(e),


Vous avez été signataire de l’une des nombreuse pétitions du Réseau Éducation Sans frontières (RESF) ou de nos appels "Nous les prenons sous notre protection" et "Laissez-les grandir ici" en défense des jeunes scolarisés sans papiers ou des enfants de parents sans papiers.


Nous nous adressons à nouveau à vous en sollicitant votre signature pour empêcher M. Hortefeux de priver pratiquement de tout moyen de défense les étrangers placés en Centres de Rétention Administrative (CRA). Les objectifs chiffrés à l’unité près qu’il assigne à chacune des préfectures ont des effets désastreux sur les pratiques policières et préfectorales. Soumettre l’intervention dans les CRA à appel d’offre renouvelé annuellement et ouvert à des organismes dépendants des pouvoirs publics ou commerciaux, interdire à quiconque d’avoir une vision d’ensemble en multipliant les lots, imposer aux intervenants la "neutralité" et la "discrétion", limiter leur rôle à "l’information juridique" et non plus à la défense du droit des étrangers revient à les priver de tout droit. Une société ne sort jamais indemne de laisser traiter de la sorte une fraction de sa population. Comme pour le fichier Edvige, il nous semble indispensable de réagir.


Vous trouverez ci-dessous le message que nous avons adressé hier aux 27.500 abonnés de la liste informatique resf.info. Cette liste, que nous nous efforçons de rendre peu "bavarde" (pratiquement jamais plus d’un message par semaine) alerte en cas de menace imminente d’expulsion d’un jeune scolarisé ou d’une famille. Elle permet à ceux qui le souhaitent d’intervenir par fax, mail ou téléphone auprès des préfectures ou du ministère concernés.
Vous pouvez, naturellement, vous abonner si vous le voulez bien à l’adresse  : http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info


Mais, pour l’heure, l’essentiel est la pétition
Les droits des étrangers ne peuvent se réduire à un marché.
Vous en trouverez le texte ainsi que la procédure pour la signer dans le message URGENT ET IMPORTANT reproduit ci-dessous.


Nous comptons réellement sur un très grand nombre de signatures. Merci.
 

Contacts :
Richard Moyon
getmr@wanadoo.fr 06 12 17 63 81 
Brigitte Cerf
brigitte.cerf@snuipp.fr 06 87 45 43 83
Brigitte Wieser
brigitte.wieser@club-internet.fr 06 06 88 89 09 29
 
MESSAGE RESF.INFO URGENT ET IMPORTANT DU 7 OCTOBRE 2008
 

1) Il est de la plus grande importance d’empêcher M. Hortefeux de transformer les CRA en centres de relégation administrative devant lesquels il serait interdit de se rendre et d’où ne sortirait plus aucun écho de ce qui s’y passe.
Il faut signer la pétition suivante et protester.
Une version (pdf) permettant la signature papier de la pétition est disponible sur le site du réseau
http://www.educationsansfrontieres.org/ 
téléchargeable ici :
Petition_papier_CRA-1.pdf et imprimable

Les feuilles signées sont à retourner à RESF, 8 impasse Crozatier 75012 Paris
 

 


2) De nombreux indices montrent que le gouvernement voudrait faire taire ceux qui critiquent la politique du ministère de la Rafle et du Drapeau. Il faut donc être poli et/ou astucieux quand on s’adresse aux ministres ou aux préfets pour ne pas encourir les poursuites que, semble-t-il, certains rêvent d’engager.


3) L’édition 2008 du
Guide pratique et juridique du RESF "Jeunes scolarisé ;s et parents sans papiers, Régularisation Mode d’emploi" est parue. 100 pages, Téléchargement ou bon de commande exemplaire papier (5 €, frais d’envoi compris, chèque à l’ordre de RESF) : http://resf.info/guide

 

PÉTITION
Lien pour signer :
http://placeauxdroits.net/petition2/ ?petition=5



LES DROITS DES ÉTRANGERS NE PEUVENT SE RÉDUIRE À UN MARCHÉ !!!

 

Pour le retrait de la réforme ministérielle qui modifie les conditions d’intervention de la société civile dans les centres de rétention administrat ive !


Nous signataires, à la suite de nombreuses associations (*), exprimons notre préoccupation concernant le contenu du décret du 22 août 2008 et de l’appel d’offres consécutif qui modifient les conditions d’intervention dans les centres de rétention administrative (CRA) quant à l’a et l’aide à l’exercice des droits des étrangers.


La mission telle qu’exercée jusqu’à ce jour par la Cimade auprès des étrangers retenus dans les CRA afin « de les informer et de les aider à exercer leurs droits » sera remise en cause par ces nouvelles dispositions :
* la réforme dénature la mission car l’assistance à l’exercice effectif des droits des personnes retenues est désormais réduite à une seule mission d’information  ;
* l’émiettement de cette mission contrarie toute observation, analyse et réaction d’ensemble sur la situation prévalant dans les centres de rétention. Il entrainerait, outre une inégalité de traitement, une réduction de la qualité de l’aide apportée aux étrangers ;
* l’ouverture de cette mission par voie d’appel d’offres de marchés publics à des opérateurs autres que les associations spécialisées menace l’exercice des droits fondamentaux des personnes retenues ;
* l’exigence de neutralité, de discrétion et de confidentialité revient à entraver toute parole publique de témoignage et d’alerte sur certaines situations contraires au respect des droits fondamentaux.


Cette volonté d’entraver l’actio n de la société civile est d’autant plus inquiétante qu’elle intervient dans un contexte marqué par une politique du chiffre en matière d’éloignement des étrangers et les menaces contenues dans la directive « retour » adoptée par le Parlement européen(**).


Nous, signataires, considérons que, telle qu’elle est envisagée, la réforme des conditions d’intervention en rétention n’est pas acceptable.


Nous exigeons du gouvernement de renoncer à sa réforme.
Nous demandons au gouvernement d’’engager une concertation avec l’ensemble des organisations qui dans notre pays sont attachées au respect des droits des étrangers.


(*) DECLARATION inter associatives, Sur les dangers de la réforme ministérielle relative aux intervention s de la société civile dans les centres de rétention administrative
Communique du Syndicat des Avocats de France
Appel lancé par le Gisti « Etrangers, silence on enferme ! » 
Le Monde du 4 octobre : Eva JOLY  : Omerta sur les clandestins
Communiqué de la CIMADE 
Communiqué d’Amnesty 
Communiqué de presse du Réseau Education Sans Frontières (RESF)
Communiqué de FTDA


(**) Pour comprendre les enjeux de la Directive "retour"
Ces documents sont consultables sur le site de signature de la pétition


Urgent !!


Ecrivez au Ministre de l’immigration, à ses conseillers, à l’Elysée pour leur demander le retrait de la réforme...
Inspirez vous du texte de la péti tion. Evitez les invectives et veuillez rester courtois. Merci de nous faire passer une copie.
101 rue de Grenelle 75007
Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30
Par mail, écrire à son conseiller :
patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
ou Secrétariat Général (M. Patrick Stefanini) : secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
Contact  : retraitreforme@placeauxdroits.net


Nous vous invitons également à vous inscrire sur la liste resf.info, ici :
http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info
En vous y abonnant, vous recevrez seulement les appels urgents lorsqu'une situation se présente qui nécessite l'intervention de milliers de soutiens ; vous recevrez parfois aussi des appels à des mobilisations nationales ou des communiqués important.
Soit environ un message par semaine, rarement plus.
Cette liste est une liste de diffusion seulement, et non une liste de discussion.

 

Commenter cet article