Espionnage Besancenot (1)...

Publié le par LCR 06 OUEST

espionnage de Besancenot par une officine : neuf interpellations
AFP

 
Neuf personnes ont été interpellées mardi matin dans le cadre de l’enquête ouverte à la suite d’une plainte du porte-parole de la LCR, Olivier Besancenot, qui aurait été "espionné" par une officine privée, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Six personnes ont été interpellées par les policiers de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et trois personnes par ceux de la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) chargés de l’enquête, ont ajouté ces sources sans plus de précision.
Parmi les gardés à vue, il y aurait un fonctionnaire de police récemment muté de la capitale en province, selon une autre source proche de l’enquête.
Le parquet de Paris avait ouvert début mai une enquête préliminaire à la suite d’une plainte contre X de M. Besancenot pour "atteinte à la vie privée, atteinte aux droits des personnes pouvant résulter des fichiers et traitements informatiques et violation du secret professionnel".

Selon L’Express, qui avait révélé l’affaire, la vie du porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) "a été épiée, disséquée, mise en fiches par une officine de renseignement privée" entre octobre 2007 et janvier 2008.
L’hebdomaire évoquait notamment un "rapport de surveillance" rédigé par cette officine, dont le nom n’est pas cité.
Il faisait notamment état d’une "note confidentielle du 25 octobre (qui) résume les premières investigations" sur Olivier Besancenot mais aussi sa compagne.
Cette note allait jusqu’à mentionner "l’emplacement exact de l’appartement, dont la fiche cadastrale est annexée", du dirigeant trotskiste.
Il mentionnait également un document recensant les détails des comptes bancaires d’Olivier Besancenot et de sa compagne ainsi que des informations sur son véhicule qui pouvaient avoir été obtenues "grâce au fichier administratif des cartes grises", selon L’Express.

Commenter cet article