Les réponses anticapitalistes sont à l’ordre du jour.

Publié le par LCR 06 OUEST


 

Communiqué de la LCR.

Le plan de sauvetage d’un système bancaire en faillite, à hauteur de 360 milliards d’euros, vient d’être adopté par la majorité de droite à l’assemblée nationale. Le petit couplet de F. Fillon sur l’unité nationale n’a pour but que de tenter de masquer que, derrière les grands discours, ce plan destiné à recapitaliser et garantir les prêts et échanges interbancaires n’est que la bouée de sauvetage du capitalisme mondialisé.

Il y a peu, F. Fillon et N. Sarkozy répétaient que les caisses de l’état étaient vides. Elles sont vides pour les salariés licenciés, les 180 000 ménages surendettés, pour construire des logements sociaux, améliorer les services publics, mais pas pour les capitaliste, les financiers et les banquiers qui spéculent.

La suppression du secret bancaire et commercial est à l’ordre du jour afin de connaître la situation réelle des banques, de leurs actifs, de leurs créances. Il ne s’agit pas de sauver le capitalisme mais de rompre avec ce système. Les réponses à apporter doivent concernées au premier chef ceux qui souffrent de cette crise financière et économique.

C’est pourquoi, la LCR exige la mise sur pied d’un service public bancaire, sous le contrôle des salariés et de la population, à l’échelle française et européenne par l’expropriation des propriétaires actuels pour financer les priorités décidé par la population.

Il faut interdire tous les plans de licenciement et développer la création d’emplois par la réduction du temps de travail accompagné d’embauches correspondantes.

L’urgence c’est l’augmentation du pouvoir d’achat immédiatement en fixant le salaire minimum à 1500 euros net et en augmentant tous les salaires et les revenus de 300 euros net.

Commenter cet article