Surveiller et punir les profs...

Publié le par LCR 06 OUEST

On croirait un canular, et bien non,
voici venir la dictature en "panoptique" de l'omniprésident Sarkozy.
Cette fois, il s'agit de surveiller et punir les profs.



(Selon le fameux modèle en étoile "panoptique" des maisons carcérales  : Chaque prisonnier isolé peut être vu en permanence par le surveillant dans son poste d'observation, sans pouvoir se dérober à ce regard inquisiteur, mais aucun prisonnier ne voit le surveillant ni les autres surveillés... C'est maintenant le sort de la société civile française, sondée discrètement et diagnostiquée chaque soir par des enquêtes et sondages "quali" et "quanti", pour nourrir la stratégie et la tactique gouvernentales, visant à neutraliser à la source toute opinion dérangeante, toute contestation émergeante, à diluer et manipuler toute opposition naissante, repérer tout de suite les dissidents efficaces parmi les opposants inoffensifs.).


Il s'agit cette fois de surveiller étroitement les états d'âme et les réseaux de solidarité ou de sociabilité
d'une population "à risque" pour un gouvernement liberticide : les enseignants !

 


Coût de cet appel d'offre gouvernemental (Pour qui ? des équipes de sociologues policiers ? des conseillers marketing ? des experts en neuro-sciences ? des sociétés de gardiennage passés à la haute technologie cognitive ? des officines d'espionnage ?) :
220 000 euros par an, pris bien entendu sur le budget de l'Education nationale !

 


Il faut lire absolument le texte exact du cahier des charges de cet Appel d'offres (qui tend à remettre en cause, entre autres, les dispositions du programme du Conseil national de la Résistance, de mars 1944, sur l'inviolabilité du secret de la correspondance.)




Voir l'info parue sur le site de Rue 89 :


http://www.rue89.com/2008/11/09/education-220-000-euros-par-an-pour-surveiller-lopinion

Commenter cet article