200 000 dans la rue contre Darcos...

Publié le par LCR 06 OUEST

 

Des écoles fermées en grande quantité malgré les bâtons dans les roues que constitue la nouvelle règlementation d’organisation de la grève et de l’accueil des élèves.

Des manifestations massives.

La journée de grève dans l’Education nationale a été particulèrement bien suivie.

Et cela fait du bien dans le contexte de marasme économique et face à la pluie d’attaques que le gouvernement fait tomber sur l’école.

 

Le Ras le bol est général face à la politique de Darcos, qui supprime des dizaines de milliers de postes, restreint l’offre éducative en assénant les poncifs les plus réactionnaires au plan pédagogique, réduit à néant les maigres aides aux élèves en difficulté, casse la formation initiale et continue des enseignants.

 

Le succès de cette journée pose la question des suites.

 

Face à la suppression des milliers de postes de Rased, des décisions de suspensions de l’aide personnalisée sont prises. Individuellement où collectivement, des actes de désobeissance civiles et pacifistes commencent à s’organiser à l’image du cas emblématique de Alain Refalo*, qui a indiqué à l’inspection son intention de ne pas appliquer les nouvelles directives antipédagogiques et qui subit un acharnement de l’administration pour le faire rentrer dans les rangs.

 

De nombreuses assemblées générales de personnels se sont réunies et dans une série de départements, on appelle à la grève reconductible, à de nouvelles journées de grèves dès la semaine prochaine.

C’est la bonne solution, car face à cette droite brutale, notre force, c’est le nombre et notré détermination.

 

Darcos répond par le mépris de revendications qu’il qualifie de "vieilles de 30 ans".

Mais que Darcos prenne bien garde : la démolition et la provocation ça finit souvent par la démission !

 


 

* Pour plus d’information sur le cas d’Alain Refalo et pour lui manifester votre solidarité : http://31.snuipp.fr/plugins/petition/petition.php ?lng=fr&id=17&task=view

Commenter cet article