NPA... les échos des départements...

Publié le par LCR 06 OUEST


 

Hérault :

 

Plus de 1 500 participants !

 

Les « 8 heures pour le NPA », à Montpellier, le 15 novembre, en présence d’Olivier Besancenot et de Raoul Marc Jennar, ont été un véritable succès.

 

Samedi 15 novembre, les comités NPA du Languedoc-Roussillon organisent leur première initiative au Parc des expositions de Montpellier. Depuis plus d’un mois, les comités avaient préparé cet événement : affichage, sortie d’un quatre-pages, camion itinérant avec sono à Montpellier…

 

Dès 13 heures, les comités s’affairent pour installer stands, buvette, restauration, librairie, espace enfants… Les banderoles colorées se déploient : « Contre le capitalisme voyou », « La Bourse ou la vie ? », « Licencions le capital », « Changeons le monde », etc. Le premier succès est déjà là, dans la réappropriation par tous les comités de ces « 8 heures ».

 

À 16 heures, les quatre ateliers-débats se mettent en place : « Services publics et Europe » ; « Délocalisations et licenciements » ; « Politiques sécuritaires et discriminations » ; « Écologie ». On débat, on échange pour mieux lutter tous ensemble.

 

Les salles prévues sont trop petites, c’est de bon augure ! Puis, dès 18h30, et jusqu’à 20 heures, un flot ininterrompu de personnes investit le hall : jeunes, moins jeunes, familles avec enfants, celles et ceux avec lesquels nous étions lors des grèves enseignantes (face à la contre-réforme des retraites, dans les manifestations pour la régularisation des sans-papiers), membres d’associations, syndicalistes, et aussi celles et ceux dont c’est le premier meeting politique. On pousse les tables, on ajoute des chaises dans les travées… On compte plus de 1 500 personnes (2 000, dit L’Hérault du jour).

 

À la tribune, se succèdent Sophie (étudiante à Montpellier, comité d’animation national provisoire du NPA), Hervé (postier, CGT, comité de Nîmes), Célina (étudiante, comité de Perpignan), Raoul Marc Jennar (comité d’animation national provisoire du NPA) et Olivier Besancenot. Crise économique et sociale, crise écologique : oui, il est urgent de rompre avec ce système capitaliste qui broie les individus. Oui, un autre monde est possible ! On chante L’Internationale, on continue à discuter autour d’un verre, on prend contact, et place à Totum Orkestra, pour finir une soirée chaleureuse et enthousiasmante. Alors, oui, vraiment, le NPA, c’est bien parti !

 

Vitry (94) :

 

Bataille pour l’eau

 

Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) est une commune de 80 000 habitants dirigée par le PCF depuis plus de 80 ans, seul, puis en alliance avec le PS et les Verts. Veolia y distribue l’eau, la ville appartenant au Syndicat des eaux d’Île-de-France (Sedif).

 

Entre 2001 et 2008, deux conseillers municipaux LCR n’ont cessé d’interpeller, en séance ou publiquement, la majorité municipale à ce sujet. La réponse disait en substance : « Ce qu’il faut, c’est la nationalisation des grands trusts de l’eau. » Réponse empreinte d’un radicalisme de façade, qui permettait de dégager l’équipe municipale de ses responsabilités politiques sur ce terrain. Une bonne partie de la collecte des ordures a d’ailleurs été déléguée à Veolia…

 

Malheureusement, en mars 2008, faisant les frais de la guerre PS-PCF, la liste présentée par la LCR a perdu ses deux élus. Le collectif NPA, constitué en avril, a décidé de reprendre à son compte une activité importante sur l’eau.

Avec plusieurs associations (Attac, des associations locales, un groupe alternatif dénommé Vagues et ayant deux élus au conseil, les Verts), il a construit un collectif unitaire pour une régie publique de l’eau ; la section du PCF n’a jamais répondu aux sollicitations. Une des élus de Vagues est déléguée au Sedif par le conseil municipal. Aux municipales, ce groupe s’était battu pour que, dans la plateforme du maire sortant, l’exigence d’une régie publique soit inscrite.

Ce collectif unitaire a rassemblé près de 1 500 signatures autour d’un texte se prononçant pour la régie publique et demandant un débat citoyen dans la ville.

 

Par ailleurs, une rencontre réunissant 60 personnes a été organisée par le collectif avec Marc Laimé et Jacques Perreux (vice-président du conseil général).

Un petit début de réponse a été apporté, puisqu’il semble que le conseil municipal s’apprête à demander à André Santini, président du Sedif, le report du vote pour ou contre la délégation à Veolia, prévu le 11 décembre, le temps qu’un véritable débat public ait lieu dans les communes concernées.

 

Nous avons aussi constitué une commission « Eau » du NPA Vitry, qui a élaboré un quatre-pages et qui a mis en place une exposition de panneaux sur les marchés et aux portes d’un supermarché.

Cela nous a permis d’informer, de sensibiliser une partie de la population sur tous les aspects d’ordre écologique, service public, social de cette bataille pour l’eau.

Ce quatre-pages a circulé dans d’autres collectifs, qui l’ont retravaillé. Il a été diffusé lors d’un meeting de la coordination Île-de-France à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). Bien sûr, cette commission a participé aussi à la commission « Eau » du NPA Île-de-France.

 

À côté des actions menées unitairement, dans le cadre d’un collectif pour porter une parole commune, le NPA de Vitry a développé sa propre analyse : en particulier sur la revendication de la gratuité des 100 litres d’eau par consommateur et par jour, ce qui est possible car, en France, seulement 11 % de l’eau sont consommés pour l’usage domestique. Par ailleurs, l’eau est un bien commun de l’humanité, au même titre que l’air qu’on respire.

Tout cela a permis un travail de fond de politisation anticapitaliste de la population, tout en assurant la lisibilité et la visibilité du NPA sur notre conception de l’écologie, des services publics et de la démocratie.

 

Voiron (Isère) :

 

Expérience inédite

 

Le comité NPA de Voiron (Isère) a profité d’une des plus anciennes foires de France pour tenir un stand. Cette première expérience lui a permis de se faire connaître sur l’ensemble du pays voironnais. Cette opération de communication importante s’est déroulée sur deux jours complets.

 

L’accueil des visiteurs de la foire a été très positif et de nombreux échanges intéressants ont ainsi pu avoir lieu entre eux et les militants du comité.

 

La plupart ont laissé leurs coordonnées, intéressés par les idées et la démarche de création du NPA. Plus d’une dizaine se sont dit motivés pour poursuivre les échanges dans les prochaines réunions du comité et participer à nos différentes actions locales.

 

Nous avons pu également enregistrer un succès avec la pétition nationale contre la privatisation de La Poste (plus de 200 signatures).

Le dernier tract sur la crise financière et celui d’appel à la manifestation du 22 novembre prochain ont été distribués à plus de 2 000 exemplaires chacun. Une opération fructueuse et enrichissante pour tous, à renouveler.

Publié dans nouveau parti

Commenter cet article