Avec les chômeurs...

Publié le par LCR 06 OUEST

« Nous ne paierons pas leur crise ! »
C’est sous ce cri qu’appellent à manifester les associations de chômeurs, samedi 6 décembre.
Cette année, cette manifestation prend un sens particulier, du fait de la crise économique et des attaques contre les chômeurs.


Les licenciements annoncés dans toutes les activités représentent un véritable obstacle pour retrouver un emploi. De nombreux intérimaires licenciés sont venus rejoindre les chômeurs depuis septembre.
Le droit à un véritable emploi est remis en cause par le RSA (revenu de solidarité active), qui va étendre les petits temps partiels.
En soutenant « l’interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des profits », l’appel des associations de chômeurs montre la nécessité de l’unité des luttes des chômeurs avec celles des salariés contre les licenciements et pour la garantie des emplois.


En même temps que l’accès à l’emploi se restreint, les remises en cause des droits des chômeurs se succèdent depuis des années.
Moins de la moitié des chômeurs inscrits sont indemnisés par le régime d’assurance chômage. L’application du principe de l’offre raisonnable d’emploi (ORE), obligeant les chômeurs à accepter des emplois dégradés, va augmenter les radiations déjà en hausse.
Le Medef annonce, pour les négociations qui s’ouvrent aujourd’hui, sa volonté de réduire encore les cotisations chômage à sa charge.
Le passage du RMI au revenu minimum garanti, qui va le remplacer, fait craindre qu’une proportion toujours plus grande de chômeurs soit non indemnisée, voire non inscrite, et disparaisse ainsi de toute statistique et de toute existence sociale.

Les difficultés pour mobiliser des chômeurs témoignent des effets démobilisateurs de la crise économique.
Plus que jamais, il faut que les luttes des chômeurs rejoignent les mobilisations des salariés contre les licenciements.
Plus que jamais aussi, les salariés doivent étendre leurs préoccupations et leurs mobilisations aux plus démunis, ceux qui ne peuvent même pas faire grève faute d’emploi.


Droit à l’emploi, droit au revenu, ces mots d’ordre sont indissociables.

Les salariés de Ford ont annoncé qu’ils participeraient à la manifestation des chômeurs de Bordeaux.
C’est un début ! 

Commenter cet article