Une autre politique pour une autre société, ATTAC...

Publié le par LCR 06 OUEST

Une autre politique pour une autre société

http://www.france.attac.org/spip.php?article9338

La gravité de la crise globale, maintenant avérée, ne semble pas avoir inspiré les gouvernements pour les inciter à s’interroger sur ses raisons profondes : soumission de toutes les activités humaines à des exigences de rentabilité exorbitantes dès lors que les capitaux et les marchandises peuvent circuler sans entraves, dégradation générale de la condition salariale, privatisation de tous les biens et services publics et impasse d’un modèle de développement productiviste. Le gouvernement français vient, avec son plan de relance, de montrer comment on pouvait persévérer dans une voie sans issue.

La promesse de 26 milliards d’euros d’aide à l’économie est un leurre, une aberration et une injustice. Un leurre parce qu’une grande partie de ces sommes ne sont pas nouvelles puisqu’elles représentent une restitution due. Une aberration parce que l’aide aux secteurs en difficulté, comme l’automobile, s’organise sans aucune réflexion sur sa reconversion nécessaire à l’ère de la crise écologique. Une injustice parce que rien n’est prévu pour redistribuer la richesse à ceux qui pâtissent vraiment de la crise économique.

À une crise systémique doit correspondre une réponse de même niveau, c’est-à-dire de type politique mettant en œuvre des transformations profondes de la société vers plus de démocratie et de respect des valeurs essentielles pour leur subordonner l’économie.

Dans ce contexte, et notamment au cours de l’année 2009 qui sera marquée par des élections européennes, on voit naître en France des tentatives de renouveau des forces politiques aspirant au changement. Pour que celles-ci aient une quelconque chance d’aboutir, il est indispensable que les réponses élaborées soient à la hauteur des enjeux et que les luttes sociales puissent converger pour mettre en question la logique d’un système mortifère. C’est la raison pour laquelle Attac s’impliquera totalement afin que les impératifs sociaux et écologiques soient véritablement pris en compte. Attac prendra part aux débats publics, y compris avec des organisations politiques. Cette participation restera conditionnée, comme par le passé, par la présence d’associations citoyennes et de syndicats, la reconnaissance de leur spécificité et la préservation de leur autonomie qui intègre le droit de critique et celui d’émettre des propositions alternatives.

Laissant à d’autres le soin de postuler à l’exercice des responsabilités politiques et de reconstruire leurs stratégies électorales, Attac entend faire de la période qui s’ouvre un moment clé de l’engagement citoyen. En particulier dans quelques semaines lorsque s’ouvrira le Forum social mondial à Belém (Brésil), qui sera suivi d’un autre rendez-vous important face au G20 en avril. Une autre politique est nécessaire pour une société qui devienne vivable.

Attac France,
Montreuil, le 12 décembre 2008

Commenter cet article