NPA, Comité d'Animation National...

Publié le par LCR 06 OUEST

Le comité d’animation national (CAN) provisoire du NPA
s’est réuni, les 6 et 7 décembre.


Ordre du jour très chargé pour la dernière réunion du CAN provisoire, les 6 et 7 décembre : il s’agissait, à la fois, de discuter de la situation sociale et politique et de l’intervention du NPA, de préparer le congrès de fondation et de poursuivre la discussion sur la transmission du patrimoine de la LCR au NPA, au sens propre comme au sens figuré, et la structuration embryonnaire du NPA. Malgré les contraintes de temps et la fatigue qui s’accumule, les trois aspects ont été abordés avec sérieux.


La situation politique et sociale est évidemment marquée par la crise que traverse le capitalisme, crise profonde dont on n’est pas près de voir le bout, et qui va entraîner des bouleversements sociaux et politiques d’ampleur, dont on ne connaît pas encore la nature. Si les comparaisons avec les crises précédentes sont utiles, celle de 1929 et celle de 1974, il faut pourtant insister sur une spécificité de la crise actuelle : elle survient dans une situation déjà très dégradée pour les salariés.
Cette situation pose avec acuité la nécessité de la mobilisation, de la riposte.
De ce point de vue, le contexte est contradictoire : les résistances existent, notamment dans une série d’entreprises, mais elles sont encore dispersées. Le NPA a des tâches essentielles : avancer un plan de sortie de crise et prendre des initiatives à vocation unitaire.
Parmi celles-ci, le NPA va proposer une manifestation nationale contre les licenciements.


Dans ce contexte, les élections européennes sont une échéance très importante, puisqu’il s’agit non seulement des premières élections après la création du NPA, mais aussi des premières dominées par la crise.
Une large majorité s’est dégagée pour que l’on prépare sérieusement cette échéance, avec une attitude offensive mettant en avant un contenu anticapitaliste clair et net, fondé notamment sur un plan d’urgence de sortie de crise.
C’est sur cette base que s’organisent des rencontres avec d’autres forces politiques. Quelques camarades ont défendu la nécessité de rechercher beaucoup plus activement le rassemblement des forces qui avaient défendu le « non » au traité constitutionnel européen, le jugeant possible et souhaitable, la majorité appelant à ne pas sous-estimer les désaccords nombreux qui existent avec le programme avancé par la « gauche unie européenne », dont le PCF, qui discute beaucoup avec le Parti de gauche de Mélenchon. C’est sans doute la première fois que de réels désaccords tactiques s’expriment au sein du CAN provisoire.
Cela montre que le processus est suffisamment solide pour gérer tranquillement ces désaccords secondaires.
Seul le congrès sera en mesure de trancher la discussion.


Les discussions ont également porté sur la préparation du congrès : qu’il s’agisse de la manière d’organiser des assemblées électives (qui auront lieu, dans la mesure du possible, la deuxième semaine de janvier) ; des critères à définir pour l’élection des membres de la future direction du NPA, en prenant en compte les règles du projet de statuts provisoires (parité, réalité géographique, commission nationale, sensibilité politique), mais aussi d’autres équilibres, entre travailleurs du public, du privé, chômeurs, précaires, entre générations ; de la manière de recueillir et de diffuser les amendements et les contributions (à envoyer avant le 19 décembre) ; de la procédure pour le choix du nom ; ou de l’ordre du jour du congrès de fondation (avec des débats en grande partie en commissions au vu du nombre prévisible de délégués).
Sur tous ces sujets, les comités vont recevoir, sous peu, le mode d’emploi précis défini par le CAN provisoire.


Sur le troisième point, il a été question à la fois du lien avec la IVe Internationale, des questions de service d’ordre et d’autoprotection, des questions financières, de l’état des lieux des commissions existant dans la LCR : autant pour l’aspect transmission du patrimoine (avec droit d’inventaire et sans obligation d’achat !).
Mais le NPA est déjà en train de se constituer le sien, avec ses propres commissions, certaines datant de juin, d’autres plus récentes ou encore en projet, ou à travers la discussion qui commence sur le système de presse et de communication dont il souhaite se doter.
Il reste à diffuser largement les cartes à toutes celles et tous ceux qui veulent être de ce moment fondateurs…

Et en route vers le congrès !

Ingrid Hayes.

 

 

Publié dans nouveau parti

Commenter cet article