Fondamentalisme vaticanesque...

Publié le par LCR 06 OUEST

Le fondamentalisme vaticanesque a encore frappé.

Le pape Benoît XVI a signé, le 12 décembre, une nouvelle « feuille de route » sur les questions de procréation, de lutte contre la stérilité et de recherche biomédicale. Il rassemble ainsi, dans un texte unique, ce qui, à ses yeux, doit être la loi de l’Église catholique – et s’il peut l’imposer, la loi de nos sociétés.
L’affirmation du dogme et du traditionalisme l’emporte sur toute autre considération de santé ou d’humanité. Aucune place n’est laissée au compromis.


Le pape condamne notamment, en bloc et en détail, les techniques d’aide à la procréation : congélation des embryons et des ovocytes, fécondation in vitro, don de gamètes, micro-injection de spermatozoïdes…
En effet, « le mariage et la famille constituent le contexte authentique où la vie trouve son origine » – « l’inauthentique » (aux seuls yeux de l’autorité papale) reste ainsi, en 2008 encore, totalement inacceptable.
La pratique de la « réduction embryonnaire » (à savoir la destruction in utero d’un ou plusieurs embryons en cas de grossesse multiple) se voit de même rejetée, puisque la protection de la « personne humaine » doit s’affirmer « depuis sa conception ».


Benoît XVI note, en conclusion de son « Instruction » que « l’enseignement moral de l’Église a parfois été accusé de comporter trop d’interdictions » pour mieux le justifier au nom, bien entendu, de hautes valeurs morales.
Il oublie de rappeler que l’interdit est un moyen essentiel de contrôle et de pouvoir dans tout système fondamentaliste. 

Commenter cet article