Silence, on massacre...

Publié le par LCR 06 OUEST

En deux semaines, l’offensive israélienne sur Gaza a déjà fait plus de 900 morts palestiniens, dont un tiers d’enfants et des milliers de blessés.
Le gouvernement d’Israël affirme que ses bombes ciblent seulement le Hamas et ses dirigeants, pas le peuple palestinien.
Mais, en visant des immeubles, des marchés, des écoles, des mosquées et des cliniques, l’armée israélienne mène bel et bien une guerre contre un peuple.


De plus, cette guerre, ou plutôt ce massacre, est l’occasion pour l’armée israélienne de tester de nouvelles armes, de nouvelles munitions en toute sérénité puisque Gaza est interdit à toute personne extérieure.


Les dirigeants israéliens sont encouragés dans leur politique colonialiste par les gouvernements des États-Unis et des grandes puissances européennes, qui ont beaucoup d’intérêts stratégiques et pétroliers dans la région.
La dernière résolution de l’ONU n’appelle à un cessez-le-feu qu’en laissant à Israël le soin d’en choisir le moment et les modalités.
Quant à Sarkozy, il ne joue aux médiateurs que pour donner l’illusion qu’il prendrait en compte, un peu plus que les autres, les intérêts des États arabes, où il faut le rappeler les entreprises françaises ont de puissants intérêts financiers et économiques.
Mais ne nous le cachons pas : le massacre des Gazaouis se fait dans le plus grand des silences.


L’agression israélienne était pourtant prévisible : Gaza, immense ghetto, ne pouvait et ne peut que se soulever, les massacres n’y feront rien. Demain, quand les troupes israéliennes partiront, la situation sera la même, tant que la politique expansionniste d’Israël ne sera pas stoppée.


Seuls se font entendre les milliers de manifestants de par le monde que cette guerre soulève d’indignation.
La révolte des Palestiniens est légitime. Il s’agit bien d’un nouveau massacre, pour pousser toujours davantage dehors la population d’une Palestine que l’État sioniste d’Israël s’applique, depuis 60 ans, à vider de ses habitants par des moyens sanglants.


Le peuple palestinien ne peut compter que sur sa résistance et sur la mobilisation des peuples du monde, afin de faire appliquer des sanctions diplomatiques, politiques, économiques, culturelles et sportives contre l’État colonial israélien. 

   

Marc Prunier.

A Nice, 16h00, samedi 17 janvier, au quai des Etats Unis...

Commenter cet article